Réussir son thermolaquage sur acier en environnement marin

Le thermolaquage sur vos menuiseries en acier doit être choisi en fonction de l'environnement dans lequel ces dernières seront posées. En effet, en fonction de la corrosivité atmosphérique, le traitement du thermolaquage devra être adapté.

Le thermolaquage : c'est quoi ?

Le thermolaquage consiste à projeter au pistolet une peinture en poudre à base de liants, chargée électrostatiquement et thermodurcissable. La cuisson dans un four polymérise le revêtement en un film résistant et confère à celui-ci toutes ses caractéristiques de dureté, souplesse, couleur, brillance et de tenue dans le temps.

RAL Thermolaquage

Adapter son thermolaquage à l'environnement

Si l'acier n'est pas protégé en fonction de son environnement, il s'oxyde plus rapidement. C'est pour cela qu'il est indispensable de choisir son thermolaquage en fonction de la corrosivité atmosphérique.

La catégorie C3 correspond au label Qualicoat et la catégorie C5 au label Qualimarine pour l'alu.
La différence de traitement des différentes catégorie est la suivante :

  • la C3 a une couche de préparation + une couche de poudre,
  • la C5 a une couche préparation + un apprêt + une couche de poudre plus épaisse.
Thermolaquage
Catégorie de corrosivité
Extérieur
Intérieur
C3
Atmosphères urbaines, pollution modérée. Zones côtières à faible salinité.
Enceintes de fabrication avec humidité élevée et une certaine pollution de l'air (industrie alimentaire, blanchisserie, brasserie...).
C4
Zones industrielles et zones côtières à salinité modérée (bord de mer > 3 km).
Usine chimique, piscine, chantier naval côtier...
C5
Zones industrielles avec humidité élevée et atmosphère agressive. Zones côtières et maritimes à salinité élevée (entre 1 et 3 km de la côte).
Bâtiments ou zones avec condensation permanente et pollution élevée (vapeur, piscine intérieure...).